C’EST GRAVE !

Ultra-Trail du Mont-Blanc — WikipédiaDepuis plus d’une décennie maintenant, lors de la dernière semaine du mois d’août, le monde du Trail a les yeux rivés sur Chamonix .

Vu la crise sanitaire et son cortège d’interdictions et de consignes, l’organisation décidait fin mai, d’annuler toutes les courses de l’UTMB® qui devaient nous tenir en haleine une semaine durant. Plus de PTL, CCC, TDS, OCC, MCC, YCC et bien sûr d’Ultra Tour du Mont Blanc (UTMB) pour toutes celles et ceux qui eurent le plaisir en janvier dernier d’obtenir un dossard !

Pour certains, une fois la déception passée et digérée, l’idée du OFF faisait son chemin. Les transports et hébergements étant réservés et une partie du plan d’entrainement effectuée, pourquoi ne pas y aller comme prévu et la jouer en solo ou entre potes ?…

Fondation maladies raresMais surtout pour celle qui a monté et animé le projet « Solidarité autour de Morgane » , Ingrid GAUTIER, la COVID n’est pas une raison suffisante pour renoncer au projet même en mode OFF.

« Solidarité autour de Morgane » n’est pas seulement un projet de classe, mais aussi celui de toute une école.

Se mobiliser par des actions dans le but de récupérer des fonds pour soutenir la Fondation des Maladies Rares et permettre à Morgane d’être présente à Chamonix avec sa maîtresse Ingrid, lors de la semaine de l’UTMB. Finir toutes les 2, main dans la main la course « OCC » (56 km et 3500m D+) est remis à 2021 ; courir l’OCC en OFF pour soutenir la Fondation reste au « programme » de cette année.

Ingrid accompagnée de Pierre Yves Stoppin un membre de la Fondation des Maladies Rares, s’élancera vendredi en solo sur le parcours et reconnaîtra le parcours avec une pointe d’émotion et même quelques frissons, à l’arrivée au centre de Cham’ !

Son compagnon, Philippe GRAVE s’est aussi offert son OFF en courant en solo l’UTMB, soit environ 180 km en un peu plus de 42 heures, pauses comprises, dont un break de 2 heures la nuit.
A la base il avait prévu de le faire en rando avec bivouac… Pourquoi faire compliqué quand on peut faire plus vie ? 🙂
En chemin il a rencontré un gars qui comme lui le faisait en solo : ils ont fait route ensemble :
« On s’est perdu la première nuit dans le col du Bonhomme. On était dans le brouillard et la nuit impossible de voir les marques. On a ramé aussi dans la descente des Chapieux et aussi avec le vent glacial au col de la Seigne. » 
Cette générosité et cette simplicité, c’est tout GRAVE, Philippe de son prénom et Ingrid, GAUTIER de son nom.
Je le sais car ce sont mes amis, mais aussi ceux de bon nombre de personnes.
Finalement, « QUE DU BONHEUR » !
Ci-dessous, Philippe avec son ami pacer, ravitailleur, déconneur, ambianceur, Thomas COUSTENOBLE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *